Far Away

En cette période de congés, propice à la découverte de destinations lointaines aux cultures différentes, je voudrais vous faire partager ce poème du suédois Jonas LARSSON, intitulé « Far Away », qui m’inspire très souvent dans mon travail… et au-delà !

Pour l’anecdote, sachez qu’en 2006, LARSSON a été sollicité par le Ministère des affaires étrangères suédoises pour graver son poème « Far Away » sur un monument sous-marin à la mémoire des victimes du Tsunami en Thaïlande.

Je vous laisse découvrir « Far Away » :

Think of far away as home
And you should always be home

Think of the far away man as a compatriot
And you should never be a stranger

Wherever you go, go with respect
And you shall always walk among friends

Ce que l’on pourrait tenter de traduire ainsi :

Pense aux pays lointains comme à ta maison
Et tu te sentiras toujours chez toi

Pense à l’autre comme à un compatriote
Et tu ne te sentiras jamais un étranger

Où que tu ailles, vas-y avec respect
Et tu marcheras toujours au milieu d’amis

Je vous souhaite à tous de très bonnes vacances, et où que vous soyez, puisse ce poème vous inspirer ! 

2 Responses to “Far Away”

  1. Dupont dit :

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge !

    Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
    Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

    Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
    Que des palais Romains le front audacieux,
    Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

    Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
    Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
    Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

  2. Cher Dupont,

    Merci pour ce fameux poème de Joachim DU BELLAY. Il me semble faire un bond dans le temps… je suis de retour au collège.

    Les textes sur le bonheur que l’on part chercher ailleurs croyant qu’il s’y trouve, alors que bien souvent il est à côté de nous mais nous ne le voyons pas, ces textes donc ne manquent pas.

    En revanche, Far Away n’est aucunement une apologie de l’ailleurs, mais bien une invitation à l’ouverture d’esprit à adopter pour mieux se comprendre et s’accepter.

    Aussi, je m’interroge sur l’à propos de ce poème en réponse à Far Away… nous sommes sur deux registres très différents il me semble.

    Cordialement,

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.