Existerait-il une destination offshore universelle ?

La question peut paraître incongrue.

Il n’est pourtant pas rare qu’on me la pose au détour d’une table ronde ou d’une conférence. La question est généralement formulée de la façon suivante : « Quelle est la destination offshore idéale ? »

Certains prestataires font une mise en avant (légitime) de la destination sur laquelle ils sont implantés, vantant les mérites avérés et/ou supposés de ladite destination, poussant même pour certains jusqu’à faire l’apologie d’une destination, quitte à entreprendre une opération de discréditation des autres destinations. Ce jeu concurrentiel a tendance à renforcer le bien fondé d’une telle question.

La question n’est pas déplacée. Pour un client, le choix de la destination est une étape importante, voire primordiale, de son processus de sélection. Il manque simplement deux mots dans la formulation : « Quelle est la destination offshore idéale pour moi ? »

En introduisant cela, je réponds implicitement à la question-titre de mon billet : il n’existe pas une destination offshore universelle.

Un partenariat est le fruit d’une rencontre réussie entre deux partenaires. C’est trivial, mais en l’écrivant, on prend conscience que « l’alchimie » est plus affaire d’entente que de géographie.

Bien sûr, la dimension géographique est importante. Pour des raisons de linguistique ou de décalage horaire (souhaité ou au contraire exclus), par exemple, le choix peut être fortement orienté vers certaines destinations plutôt que vers d’autres. Mais la destination n’induit jamais à elle seule la réussite automatique d’un partenariat.

En outre, selon le principe qu’un critère peut en cacher un autre, on oublie bien souvent dans la mise en oeuvre d’une collaboration offshore de prendre en compte les cultures d’entreprises (celles du donneur d’ordre et celle du prestataire). Elles sont pourtant souvent bien plus impactantes que la proximité des cultures nationales.

Il n’existe donc que des destinations offshore adaptées au contexte du donneur d’ordre, et ce choix doit se faire en suivant un processus de sélection objectif et rigoureux.

Il n’existe pas de destination offshore universelle. Toutes les destinations sont respectables et peuvent, dans l’absolu, répondre à l’attente d’un donneur d’ordre.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.